10 leçons de vie indispensables qu’on ne vous a pas apprises à l’école

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

L’école est supposée aider les enfants à devenir des adultes sages, matures et conscients, en leur procurant les outils nécessaires pour mener une vie satisfaisante. Cependant, les différents systèmes scolaires à travers le monde sont loin d’apprendre aux enfants ces leçons indispensables. En voici une liste :

1. La connaissance n’est pas synonyme de compréhension

L’un des éléments les plus erronés qu’on ait appris à l’école est d’associer connaissance à compréhension. Par conséquent, beaucoup d’entre nous n’ont pas appris à développer leurs facultés à penser de manière critique et fonder leur raisonnement sur leurs propres expériences et savoirs.

Au lieu de cela, nous avons appris à croire uniquement ce qu’on met à notre disposition, sans en remettre en question la véracité. C’est un obstacle sur le chemin de l’apprentissage et de la sagesse.

2. Vos diplômes ne vous feront pas sentir plus important

Nous avons grandi avec l’idée que nos diplômes universitaires et nos carrières nous rendraient fiers et importants, peu importe la difficulté du parcours. Les titres sont certes importants, mais ils ne remplaceront jamais ce dont nous avons réellement besoin : la paix intérieure, la créativité et des relations durables.

3. L’échec peut être une bonne chose

A l’école, la plupart avaient constamment peur de rater. On nous apprend que l’échec est mauvais et qu’il faut l’éviter à tout prix. Il ne faut pas avoir peur des erreurs et de l’échec car c’est ce qui nous apprend à différencier le bien du mal, et accomplir de nouvelles choses.

4. Ne rien faire n’est pas une perte de temps

Quand un enfant ne fait rien de productif mais qu’il est détendu, ou qu’il joue, ses parents lui disent qu’il perd son temps. Il apprend donc dès son plus jeune âge que s’amuser est une activité futile et qu’il devrait constamment être productif. Il grandit alors stressé et fatigué émotionnellement.

5. L’ennui est bon signe

Souvent en cours, on s’ennuyait mais dès qu’il s’agissait de jouer à la récréation ou faire des activités manuelles, l’excitation nous regagnait. L’ennui est une manière de déterminer qu’on est en bonne santé car on a encore assez de sensibilité pour poursuivre nos passions.

6. Le travail peut être amusant

On nous apprend à l’école que le travail est une activité pénible qui nous prend du temps et de la force mais que nous sommes obligés de pratiquer car c’est un gagne-pain. Nous avons donc associé travail à frustration. On devrait plutôt apprendre aux enfants que quand le travail est accompli avec amour et passion il est source de bonheur.

7. La concurrence n’est pas bénéfique

On ancre dans l’esprit des enfants dès leur plus jeune âge que la concurrence forge le caractère et les motive à progresser. Cependant, des études ont révélé que les enfants apprennent plus rapidement et sont plus créatifs quand ils collaborent que quand ils sont en compétition avec les autres.

8. On ne mesure pas l’intelligence avec les examens

A l’école, la connaissance et la compréhension sont mesurées par des examens. Leur réussite détermine la manière dont les profs regardent leurs élèves : ils admirent les plus brillants et méprisent les plus cancres. Les examens ne sont rien d’autre que des tests de mémoire. On vérifie que l’élève a retenu des informations qu’il est capable ensuite de reproduire. Seulement, la plupart de ce qu’il a mémorisé sera oublié une fois les études finies.

9. L’argent ne fait pas le bonheur

La raison principale pour laquelle on envoie les enfants à l’école est pour qu’ils aient plus tard un métier qui les rendra riches et aptes à mener une vie prospère. Donc, ils en viennent à croire que gagner beaucoup  est leur principal objectif et l’unique moyen pour vivre heureux.Certes l’argent est indispensable pour nous procurer un toit et de quoi vivre, mais il n’achètera jamais le bonheur car ce dernier provient des relations saines que nous avons avec nous-mêmes et de celles qu’on entretient avec les autres.

10. Ne pas être conformiste est une bonne chose

On nous apprend depuis toujours qu’il faut se conformer à notre société. Les plus grands esprits ont vécu en pensant par eux-mêmes, sans se plier aux règles ni se fier aux autorités et croyances. Pour se sentir libre et heureux, dites non au conformisme.