7 signes alarmants que vous avez un problème au vagin. Le deuxième peut vous tuer !

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

Les maladies urinaires ou gynécologiques sont souvent difficiles à détecter. Bien que leurs symptômes soient claires, il n’est pas évident d’en connaitre la vraie cause. Voici 7 signes qu’il ne faut pas négliger !…

7 signes avant-coureurs d’une maladie gynécologique ou urinaire :

1 – La sécheresse vaginale :

Toujours considérée comme un sujet tabou, la sécheresse vaginale est pourtant un problème très fréquent. Elle touche près de 30 à 50% des femmes après la ménopause et 25% avant.

La sécheresse vaginale se manifeste par un inconfort quotidien, des démangeaisons ainsi que des douleurs pendant et après le rapport, dus à un manque de lubrification du vagin. De ce fait, cette affection peut impacter le quotidien des femmes qui en souffrent et affectent énormément leur vie sexuelle.

Les causes de la sécheresse vaginale sont nombreuses, parmi lesquelles les variations hormonales, notamment une baisse du taux d’œstrogène, surtout pendant la ménopause.
D’autres facteurs peuvent aussi entrainer la sécheresse vaginale : une perturbation de la flore vaginale, des soins intimes agressifs comme l’usage des douches vaginales ou encore une infection.

2 – Un besoin fréquent d’uriner :

L’envie d’aller uriner se sent quand la vessie est remplie de près de 250 ou 300 ml de liquide. Normalement, nous éliminons entre un et deux litres d’urine par jour, ce qui signifie 6 à 8 passages aux toilettes quotidiennement! Évidemment, quand on consomme beaucoup de liquides, il faut s’attendre à plus de pauses pipi.

Or, quand on ressent des besoins fréquents d’uriner assez souvent, soit plus de 8 fois pendant la journée et 2 pendant la nuit, cela signifie qu’il peut y avoir un problème sous-jacent.  En effet, le besoin fréquent d’uriner peut être dû à :

  • Une perte de tonicité des muscles de la vessie chargée de retenir l’urine
  • Diabète
  • Une infection urinaire
  • Une maladie sexuellement transmissible
  • Un blocage de l’urètre
  • Une cystite interstitielle

3 – Une odeur intime forte :

Avant de parler des causes des odeurs vaginales trop fortes, il est important de rappeler qu’il est normal que le vagin dégage une odeur. Chaque femme en a une propre à elle !

Il est donc inutile de s’acharner sur cette partie intime très sensible à coup de gel intime et de douche vaginale pour vous débarrasser des odeurs, car ceci va au contraire perturber la flore vaginale et favoriser le développement des infections.

Cependant, il se peut que vous remarquiez un changement dans votre odeur vaginale qui s’accompagne souvent d’autres symptômes comme les démangeaisons ou irritations de cette zone. Dans ce cas précis, il peut être nécessaire de consulter. En effet, une mauvaise odeur intime peut être due à une infection vaginale de type vaginite parasitaire ou encore une vaginose.

4 – Des démangeaisons :

Des démangeaisons au niveau de la vulve et à l’entrée du vagin ne sont pas à prendre à la légère, surtout si elles sont accompagnées d’autres symptômes comme des pertes de couleurs blanches et à la texture épaisse.

Ces signes peuvent annoncer des maladies de la vulve (infection ou inflammation de la vulve, un prurit vulvaire ou un herpès vulvaire) ou encore une mycose vaginale.

5 – Changement de la couleur des urines :

La couleur normale de l’urine est jaune claire, mais suite à différents facteurs elle peut être plus foncée ou transparente.

Ainsi, tout changement de sa couleur, de son odeur ou encore de sa texture peut annoncer un problème de santé. Certes quelques aliments peuvent changer la couleur de l’urine comme la rhubarbe ou la betterave, mais quand ce n’est pas le cas, il peut s’agir d’une maladie sous-jacente, telle qu’une maladie hépatique ou un problème biliaire quand l’urine est orange ou brune.

Par contre, quand on remarque la présence de sang dans l’urine, il peut s’agir d’une infection urinaire ou rénale.

6 – Saignements inhabituels :

Des saignements hors période des règles ne sont pas un signe à négliger. S’ils ne sont pas dus à un oubli de la prise de pilule contraceptive ou à une grossesse, ils peuvent révéler différents problèmes gynécologiques à savoir, un fibrome utérin, l’endométriose, le cancer des ovaires, de l’utérus ou de l’endomètre.

7 – Saignements après rapports sexuels :

Les saignements post rapports sexuels sont assez fréquents et peuvent avoir plusieurs origines. Dans la majorité des cas, ils peuvent résulter d’une mauvaise lubrification du vagin et dans d’autres cas, ils sont causés par  une pathologie gynécologique :

  • Un polype au niveau du col de l’utérus
  • Un cancer du col de l’utérus
  • Une inflammation du col de l’utérus