Les femmes préfèrent être en couple avec des vieux au gros ventre d’après une étude scientifique

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

Vous vous êtes déjà demandé pourquoi beaucoup de femmes se retrouvent avec des hommes déjà pères, bien en chair et avec un gros ventre ? Nos confrères du Telegraph abonné cette problèmatique et ils affirment que les scientifiques pensent avoir découvert la réponse à cette question. Explications.

Pourquoi les femmes choisissent des partenaires ronds et plus âgés ?

Les pères plus âgés et ronds vivent plus longtemps, sont plus attirants pour le sexe opposé et transmettent mieux leurs gènes que leurs homologues plus maigres, prétendent les scientifiques.

Selon Richard Bribiescas, professeur d’anthropologie à l’université de Yale, devenir plus gros après la paternité en raison de la baisse du taux de testostérone ne correspond peut-être pas à l’idéal machiste, mais il prolonge en réalité la vie et renforce le système immunitaire.

Il existe des preuves que ces hommes sont moins susceptibles de souffrir de crises cardiaques et de cancer de la prostate, alors qu’une étude réalisée en 2008 au Pennington Biomedical Research Center à Los Angeles, avait révélé que les hommes au métabolisme élevé avaient environ 50% de risques de mourir par rapport à ceux dont le corps brûlait moins d’énergie au repos.

D’après le professeur Bribiescas, bien que les hommes soient en moyenne plus grands et physiquement plus forts que les femmes, ils ont une faiblesse considérable : ils ont du mal à lutter contre les infections et les maladies que les femmes, car les hommes ne prennent tout simplement pas soin d’eux-mêmes. Cela a un impact négatif significatif sur le rythme auquel les hommes vieillissent.

Le professeur Bribiescas affirme également que le fait de devenir plus rond incite les pères à passer davantage de temps avec leurs enfants que de chercher d’autres femmes.

Le célèbre acteur américain Robert De Niro, qui a un enfant à l’âge de 68 ans, Rod Stewart, âgé de 66 ans au moment de la naissance de son huitième enfant, et en France, Jean Reno est devenu papa à l’âge de 63 ans, tous ces artistes font partie des pères qui ont des enfants plus tard dans la vie.

Dans son livre How Men Age : What Evolution Reveals About Male Health and Mortality (Comment les hommes vieillissent: ce que l’évolution révèle à propos de la santé et de la mortalité masculines), le professeur Bribiescas explique que l’un des effets des taux de testostérone inférieurs est la perte de masse musculaire et l’augmentation de la masse grasse.

Ce changement de composition corporelle amène non seulement les hommes à acheter des pantalons plus confortables, mais favorise également une survie accrue, et hypothétiquement, un milieu hormonal susceptible de promouvoir et de soutenir plus efficacement l’investissement paternel.

Quel partenaire choisiront les femmes pour la reproduction ?

Une étude de l’Université de Cambridge en 2015 a révélé que les femmes à la recherche d’un père pour leurs enfants devraient plutôt choisir les coureurs de longues distances, qui ont traditionnellement un taux de graisse très bas, car ils sont plus susceptibles d’avoir une plus forte libido et une plus grande quantité de spermatozoïdes.

Les chercheurs disent que les coureurs de longues distances ont probablement eu des ancêtres qui étaient d’excellents chasseurs et qu’ils auraient donc été choisis par les femmes, créant un avantage biologique pour leurs descendants et transmettant les meilleurs gènes.

Les chercheurs ont étudié 542 coureurs lors du marathon Robin Hood à Nottingham, en Angleterre, notant leurs temps d’arrivée et enregistrant la longueur de leurs doigts.

Des études antérieures ont montré que les hommes dont l’annulaire est plus long que leur index ont été exposés à plus de testostérone dans l’utérus, ce qui augmente le nombre de spermatozoïdes et le désir sexuel, stimule la santé cardiaque et transmet des caractéristiques viriles telles que les poils du visage et une voix plus grave.

Ils ont constaté que les 10% d’hommes avec les ratios de chiffres les plus masculins étaient, en moyenne, de 24 minutes et 33 secondes plus rapides que les 10% d’hommes avec les ratios de chiffres les moins masculins, suggérant que ceux qui étaient de meilleurs coureurs avaient également une meilleure fertilité.

Selon docteur Danny Longman, auteur principal de l’étude, l’observation de la capacité de course en endurance liée au potentiel de reproduction chez les hommes suggère que les femmes de notre passé de chasseurs-cueilleurs ont pu observer la course en tant que signe d’un bon partenaire de reproduction. Pour elles, un meilleur chasseur aurait plus de viande et une famille en meilleure santé et plus nombreuse.