Elle voit un homme épuisé à côté du cercueil de sa femme et y voit la définition même de l’amour et de la fidélité ​April a partagé cette histoire après avoir eu l’autorisation de Bobby Moore et de sa famille. | 11 avril 2018

 

April a partagé cette histoire après avoir eu l’autorisation de Bobby Moore et de sa famille.

Elle l’a partagé parce que son histoire pourrait apporter un peu de réconfort aux autres.

«Aujourd’hui, j’ai été témoin d’une histoire d’amour. Pas du type d’amour partagé par des jeunes à moitié passionnés, à moitié guidés par leurs hormones. Ce n’était pas le genre d’amour vécu par les jeunes mariés fascinés par l’idée d’exclusivité, de dévotion et de bonheur pour toujours.

Dans un monde comme le nôtre, où les vœux sont brisés aussi rapidement qu’un marteau enfonce un clou, ce que j’ai vu aujourd’hui était d’une rareté, un diamant exquis. Aujourd’hui, j’ai vu un homme, un homme brisé, veiller sur son bien le plus précieux. Le vrai amour.

Quand il est entré dans la pièce, ses pas étaient lourds, mais sa détermination était indomptable. Ses yeux étaient fixés sur sa destination devant la pièce. Un cercueil gris acier sous les lumières colorées. La moitié de son couvercle était ouverte; la moitié fermée contenait une gerbe de fleurs vives et mélangées, ornées de rubans sur lesquels on pouvait lire les mots «femme» et «mère». En approchant et sans pause, il s’est penché et il a embrassé ses lèvres peintes, son corps frêle tremblant pour se tenir debout.

Si doux étaient ses mots pour elle. Sûrement que ces mots ont été dit d’innombrables fois, mais cette fois ils étaient enveloppés dans la finalité.

«Je sais que tu ne m’entends pas, murmura-t-il. Mais je t’aime.» Et ses larmes sont tombées.

Les visites familiales n’étaient pas prévues avant une heure ou deux, mais il était arrivé tôt. Il ne gaspillerait pas ces dernières heures. Pendant plus de 60 ans, elle était à ses côtés, mais cela ne suffisait pas. Pas assez.

Alors, il a tiré une chaise et il s’est assis.

Une canne à son côté droit, sa femme décédée à sa gauche, il est resté assis près du cercueil pendant près d’une heure. Il a frotté ses bras et lui a tapoté les mains. C’était comme s’il la réconfortait, mais en vérité, il se réconfortait.

Lorsque la famille a commencé à arriver, il était toujours assis là, lui tenant la main, lui caressant les cheveux.

«Elle a l’air bien, n’est-ce pas?» a-t-il demandé quand ses enfants se sont approchés. Tout le monde a dit oui. Et ils ont pleuré.

Pendant près de cinq heures, il est resté près d’elle, épuisé, jusqu’à ce que son corps exige qu’il se retire et que son esprit le supplie pour un répit.

Cet homme dévoué a montré plus de grâce dans son temps de chagrin que beaucoup font dans les temps d’abondance. Je l’ai regardé, pleine d’admiration, une représentation de ce qu’est la fidélité. Jamais je n’avais vu un homme aussi brisé, dépouillé de son bonheur par la malédiction de la mort. Je me demandais en le regardant, que fera-t-il demain et le lendemain? Aujourd’hui était la partie facile.

Aujourd’hui, elle était encore là, allongée à côté de lui, capable d’être touchée, vue ou embrassée. Demain, après qu’elle soit enfoncée dans la terre, et qu’il retourne dans leur maison, alors? Ses affaires seront toujours là – l’odeur de sa peau, les listes d’épicerie griffonnées, sa chaise préférée, les restes dans le frigo, leur lit. Leur lit. Comment dormir seul après 59 ans à domir à côté de votre meilleure amie? Je ne peux pas imaginer dormir encore.

Aujourd’hui, j’ai été témoin d’une histoire d’amour. Et j’y reviendrai demain quand l’histoire finira enfin, et la scène sera vide, et les lumières s’assombriront.

Pour Bobby, et tout ce qu’il est.»

Source: Love What Matters
Crédit Photo: Capture d’écran

Fermer