Un professeur basé à Londres a développé un vagin bionique

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

 

Le cancer du vgn fait partie de ces maladies qui, en plus d’être très dangereuses pour la santé de la patiente, lui rend la vie particulièrement difficile. Ce cancer peut en effet se manifester par des saignements anormaux, des sécrétions malodorantes ainsi que des douleurs pendant les rapports s. L’un des dangers de cette maladie est qu’elle est très discrète lors de ses premiers stades de développement. Néanmoins, un expert anglais pense être à deux doigts d’aboutir à la solution ultime à ce problème.
Une invention qui pourrait sauver bien des vies

Un chirurgien a annoncé qu’il travaillait à la création d’un vgin bionique qui, en cas de réussite, serait un répit énorme pour les victimes de cancer du vgn et d’autres lésions de cet organe. Ce projet pionnier est dirigé par Alexander Seifalian, directeur et professeur de nanotechnologie et de médecine régénérative à NanoRegMed, qui a construit la première trachée synthétique à transplanter chez un patient. Ce vgn synthétique est développé en utilisant un tissu intestinal de porc couplé à des cellules souches de la patiente. Parmi les bénéficiaires potentielles de ce projet novateur figurent les femmes atteintes du syndrome de Mayer-Rokitansky-Kûster-Hauser (MRKH) dans lequel le v*gin ne se développe pas complètement, ou des troubles tels que l’atrésie v*ginale, où le v*gin est anormalement fermé ou absent.

Le projet est actuellement en cours au laboratoire NanoRegMed à Londres. C’est d’ailleurs l’un des très rares laboratoires spécialisés ayant consacré leurs ressources à la construction d’organes synthétiques personnalisés destinés à être utilisés par des patients souffrant de divers handicaps nécessitant une greffe en raison d’une défaillance organique. Ce produit très attendu se développe régulièrement mais pourrait prendre jusqu’à cinq ans avant d’atteindre un niveau clinique, selon le financement.

Le procédé de développement
Dr. Seifalian a produit un échafaudage en forme de v*gin. Le tissu musculaire et les cellules ont été extraits d’une patiente et implantés sur l’intestin d’un cochon. Les nutriments ont été fournis par la suite pour nourrir les cellules et aider à leur croissance afin de faire fusionner le tout, ce qui va donner le tissu v*ginal. Il explique : « La réalisation sera prise du bloc opératoire et insérée dans la patiente, elle sera ensuite intégrée dans le tissu environnant et sera un organe normal. »

Des expériences ont montré que les échafaudages à cellules ensemencées, une fois implantés dans le corps de l’hôte, permettent aux vaisseaux sanguins et aux nerfs de se développer à partir des tissus. En outre, comme l’échafaudage est absorbé par le corps, les cellules forment une structure de support qui remplace finalement le matériau d’échafaudage avec un nouvel organe. Plusieurs adolescentes, dont chacune souffrait de v*gin non développé et qui ont souscrit à la procédure, ont déclaré qu’elles pouvaient atteindre une fonction s normale couplée à des rapports sls sans douleur et ressentaient un désir sel régulier, selon un questionnaire de l’indice de la fonction slle féminine.

L’industrie pharmaceutique, un obstacle de taille
Cependant, Seifalian a affirmé que le plus grand obstacle face au développement de ces nouveaux tissus/organes en ce qui concerne l’avancement de la technologie régénératrice est le manque d’intérêt de la part de l’industrie médicale qui ne souhaite pas commercialiser ni monétiser ces projets ingénieux. Beaucoup dans l’industrie craignent qu’en raison de ces substituts non conventionnels, un certain nombre de produits pharmaceutiques pourraient perdre leur marché.

Il ajoute : « Le principal problème avec la médecine régénérative est que les industries médicales ne sont pas intéressées par sa commercialisation. Elles trouvent cela trop cher et risqué en termes d’assurance et de normalisation du produit en raison des cellules vivantes et de leur comportement. »

Certains, comme le Dr Lana Tatum émettent des réserves concernant cette invention : « Pour moi en tant que médecin, c’est un peu irréaliste, surtout avec ce que nous savons des échecs du génie génétique… Nous pouvons créer chirurgicalement un conduit que nous pouvons faire à partir de n’importe quel muscle ou tissu, mais nous ne pouvons pas prétendre que cette partie va agir comme un v*gin, c’est un organe très multifonctionnel. »

Tout ce que nous pouvons faire, c’est espérer que cette invention prouve une fois pour toutes sa pertinence et soit commercialisée afin qu’elle puisse sauver des vies et permettre à plus d’une femme de mener une vie tout à fait normale et saine.

source:https://www.santeplusmag.com/professeur-base-a-londres-a-developpe-vagin-bionique/