Commerce international et tarifs douaniers : Séoul plie devant Washington

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

Pour préserver un accord de libre-échange entre les deux pays et éviter les taxes sur ses exportations d’acier, Séoul a dû se plier aux exigences américaines. Les constructeurs automobiles de la péninsule font les frais de ces négociations.

Séoul a reconnu le 26 mars avoir accepté de réduire de 30% ses exportations d’acier vers les Etats-Unis, ainsi que la prorogation de taxes américaines sur ses pick-ups (véhicules utilitaires à plateforme arrière), afin de sauver son traité de libre-échange avec Washington et échapper aux taxes américaines sur l’acier.

Depuis son arrivée au pouvoir, le président américain Donald Trump n’avait cessé de menacer de rompre le KORUS, accord de libre-échange signé entre les deux pays en 2007 et entré en vigueur en 2012. Mais, après

des semaines de négociations, le ministre sud-coréen du Commerce, Kim Hyon-chong, a finalement annoncé que les deux parties étaient parvenues à un accord de principe sur une révision de ce traité, ainsi que sur les taxes sur l’acier.

Les producteurs d’acier sud-coréens n’auront donc pas à payer les droits de douane de 25% annoncés par Donald Trump au début du mois de mars. En contrepartie, ils devront accepter des quotas drastiques

d’exportations. Ces dernières ne pourront dépasser 2,86 millions de tonnes par an, soit 70% de la moyenne des trois dernières années. 

Les constructeurs automobiles s’en tirent moins bien, surtout Hyundai. En effet, ils seraient taxés à 25% jusqu’en 2041 sur leurs exportations de pick-ups vers les Etats-Unis. Pour le moment, cette dernière mesure est purement théorique ; en effet, les constructeurs coréens n’exportent pas les pick-ups visés par l’accord

vers les Etats-Unis. Mais, pour profiter de la forte croissance de ce segment (+15% par an), Hyundai envisageait de le faire pour son nouveau modèle Santa-Cruz, développé spécialement pour le marché nord-américain. Pour accéder à ce marché dans des conditions concurrentielles normales, Hyundai devra donc construire aux Etats-Unis.

Les constructeurs automobiles coréens font les frais de la négociation

En outre, la Corée du Sud s’est engagée à doubler le nombre de véhicules américains admis sans obligation de mise en conformité avec les normes de sécurité sud-coréennes. Ils devront simplement être conformes aux normes étasuniennes.  Cet aspect de l’accord s’étend aux véhicules de marques étrangères produits aux Etats-Unis.