Des études démontrent que les maris stressent leurs femmes plus que les enfants

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

Faire la transition entre une simple relation amoureuse et une vie basée sur les liens du mariage, des valeurs familiales et des projets d’avenir exige de la part des deux partenaires de changer leur rythme de vie et leur sens des priorités de manière générale. Cette nouvelle vie de famille peut malheureusement s’accompagner, chez beaucoup de femmes, de stress et d’anxiété pour lesquelles on a souvent tendance à pointer du doigt l’éducation des enfants. Des études ont alors mis en évidence une cause jusque-là ignorée de tous.

Une épouse merveilleuse, une cuisinière hors-pair et une mère attentionnée ne sont que quelques-unes des nombreuses caractéristiques qu’une femme puisse posséder pendant une vie conjugale. Avec tout le chaos que les enfants peuvent causer, il n’est pas surprenant que les femmes subissent les effets du stress en empruntant la voie naturelle de la mère/épouse.

Mais qu’en est-il du mari ? Est-il possible que le mari introduise plus de stress dans la vie de sa femme ? Dans la société actuelle, de plus en plus de femmes se sentent comme si elles n’avaient pas d’autre choix que de devenir parent de leur partenaire plutôt que de compter sur lui.

A quoi cela serait-il dû ? La réalité du stress maternel en chiffres

Beaucoup de femmes sont obligées de jouer plusieurs rôles au sein de leur famille : celui de chef, professeur, médecin, femme de ménage, etc. Il y en a même qui s’occupent de la planification des programmes ou d’événements au sein du couple. Même si elles agissent réellement comme des super-femmes, elles n’en sont malheureusement pas et finissent bel et bien par s’essouffler. Ce qui a d’ailleurs pour conséquence d’affecter les tâches qu’elles accomplissent à l’extérieur de la maison.

Afin d’enquêter correctement sur cette situation, un sondage a été réalisé et a questionné plus de 7 000 mamans. Les résultats ont montré qu’en moyenne, la mère estime son niveau de stress à 8,5 sur 10. En outre, 46% des femmes interrogées ont déclaré que leurs maris leur causaient plus de stress que leurs enfants. Ce que les chercheurs ont également déduit de l’enquête est que 3 mamans sur 4 ayant un partenaire ont déclaré faire la plupart des tâches parentales et domestiques.

1 mère sur 5 a également déclaré que le fait de ne pas avoir suffisamment d’aide de la part de son conjoint était une source énorme de stress quotidien. Elles se sont également plaintes de ne pas avoir assez de temps dans la journée pour faire tout ce qui doit être fait. Ce qui est d’autant plus troublant, c’est que les chercheurs ont récemment découvert que cela affectait la santé de chaque partenaire au fil du temps. Une étude menée par l’Université de Padoue a révélé que si la femme décède et que le mari endosse les responsabilités, sa santé se détériore. Alors que dans le cas contraire, si le mari décède, la femme se retrouve en meilleure santé.

Les solutions à adopter

La première étape pour résoudre ce problème est d’en discuter avec votre conjoint. Il pourrait être utile d’essayer de dresser une liste qui vous permettrait à la fois de fractionner les tâches et de lui expliquer que la répartition de ces dernières réduira le stress dans votre vie. Les hommes aiment en réalité avoir leur mot à dire dans les affaires domestiques, ils veulent aussi être les meilleurs maris et pères qu’ils peuvent être. Parfois, c’est juste l’épouse/mère qui ne fait tout simplement pas confiance au mari pour les tâches à accomplir, du coup elle s’en charge à sa place.

La meilleure façon pour une mère d’alléger sa charge de responsabilités est de faire confiance à son mari. Les deux conjoints sont en réalité une même équipe et sont dans le même bateau, alors il est absolument indispensable qu’ils se fassent confiance. Cela donne également l’occasion à la femme de se ressourcer et de prendre du temps pour elle. Si cela signifie que le père devra prendre le relais et faire le parcours du combattant avec les enfants, alors qu’il en soit ainsi !