Un bébé de trois ans, c’est fait assassiner par le mari de sa mère: le voisinage risque l’inimaginable | 27 juin 2019

Un bébé de trois ans, c’est fait assassiner par le mari de sa mère: le voisinage risque l’inimaginable

Le 26 novembre 2016, Tony, un enfant de 3 ans, avait succombé deux heures après son arrivée à l’hôpital après avoir reçu les coups de son beau-père, dans un appartement de Reims, dans la Marne. Il était devenu le souffre-douleur du nouveau compagnon de sa mère.

Un an après ce tragique fait divers, l’association « Innocence en danger » a envoyé une requête à la juge qui instruit l’affaire et au procureur de Reims dans laquelle elle demande que des poursuites soient engagées pour non-dénonciation de mauvais traitements et non-assistance à personne en péril à l’encontre de trois voisins et d’une amie de la mère du garçonnet, qui avait succombé d’une rupture de la rate et du pancréas due à « des mauvais traitements chroniques », selon le rapport d’autopsie.

« Il faisait peur à tout le monde »

D’après Le Parisien, dans l’immeuble, les témoins auditifs de ce déchaînement de violence étaient nombreux, mais la plupart se sont tus par peur de représailles. « Il faisait peur à tout le monde, il était souvent alcoolisé, les yeux injectés de sang » a expliqué la fille de la voisine du dessus.

La mère de l’enfant, âgée de 20 ans aujourd’hui, risque cinq ans de prison pour non-dénonciation de mauvais traitements et non-assistance à personne en péril. Elle avait prétexté que son fils avait fait une « chute dans les escaliers » le jour du drame… Elle est sortie de détention début avril et attend son procès.

 

Son ex-conjoint, âgé de 24 ans, a été mis en examen pour meurtre aggravé et encourt la perpétuité. En décembre 2016, plusieurs marches blanches avaient été organisées en hommage à Tony. « Le silence l’a tué. Tuons le silence » pouvait-on lire sur les banderoles.

SOURCE : http://aimertantquepossible.fr/2018/01/31/un-bebe-de-trois-ans-cest-fait-assassiner-par-le-mari-de-sa-mere-le-voisinage-risque-linimaginable/3/

Fermer