Pour sauver une vie, il faudra connaitre la différence entre ces 3 maladies cardiaques très réputées. | 29 juillet 2019

Selon les statistiques, la principale cause de décès dans le monde est la maladie cardiaque.

Actuellement, il existe plusieurs types comme les crises cardiaques, les arrêts cardiaques et les AVC.

Ces maladies tuent chaque année plus de personne que le diabète et tous les cancers allier. Et dans la plupart des cas, les décès s’élaborent à l’extérieur des hôpitaux. Pour apaiser votre conscience, voici quelques symptômes importants à savoir sur les maladies cardiaques.

La crise cardiaque ou aussi l’infarctus aigu du myocarde est maladie mortelle liée au blocage de la circulation sanguine vers le cœur. Si elle n’est pas traitée rapidement, celle-ci développe rapidement la formation de plaque composée de graisse, de calcium et de cholestérol.

Dans ce cas, il existe 3 types distincts de crise cardiaque.

Premièrement, on a l’infarctus du myocarde segment ST ou STEMI qui se produit lorsque votre artère coronaire est entièrement bloquée et que le cœur ne reçoit plus du sang. Celle-ci est la plus dangereuse de toutes.

Ensuite, on a l’infarctus du myocarde non-segment ST ou NSTEMI.

Le cas est identique sur la première, mais par contre, le flux sanguin est seulement restreint, mais pas entièrement bloqué. Son attaque est beaucoup plus douce que le STEMI, mais les dégâts peuvent aboutir au même résultat.

Finalement, on a la crise cardiaque silencieuse. À l’inverse des deux premières attaques, les marques d’attaque sont vraiment très peu et même inexistantes.

Elle arrive quand l’oxygène n’atteint plus le cœur suite à l’accumulation de plaque, de spasmes coronaires ou d’une ischémie.

Cette maladie peut mettre la vie d’une personne en péril avec les symptômes omniprésents.

Pour reconnaitre facilement le STEMI et le NSTEMI, voici quelques symptômes très réguliers chez quelques personnes.

On a la pression dans la poitrine, au dos, au bras ou à la mâchoire qui dure plus de quelques minutes.

Aussi, il y a l’essoufflement, l’étourdissement, les vomissements, la transpiration et l’anxiété.

Pour information, les présages peuvent être différents entre les hommes et les femmes.

Pour la gent féminine, celle-ci peut ressembler à une grippe ou un reflux d’acide seulement.

Au contraire de la crise cardiaque silencieuse, celle-ci peut seulement se…

Au contraire de la crise cardiaque silencieuse, celle-ci peut seulement se manifester avec des nausées et des douleurs musculaires.

Cela pourrait aussi être confondu avec une grippe ou même une indigestion.

Alors, si l’un de ces signes apparaît dans votre entourage, n’hésitez pas du tout à faire appel à une ambulance. Et si vous n’êtes pas allergique, prenez une aspirine pour adulte de 300 mg en attendant ces derniers.

Un arrêt cardiaque et une crise cardiaque sont entièrement différents.

L’arrêt cardiaque intervient lorsque le cœur arrête le pompage du sang vers les poumons, le cerveau et les autres organes. Celle-ci est très vitale pour une personne et celle-ci risquerait de mourir sur le champ.

Parmi les indices les plus réfutés d’un arrêt cardiaque, on peut voir l’effondrement soudain, la respiration anormale et la perte de conscience.

Maintenant, si vous êtes en présence d’un arrêt cardiaque, le risque de survie de celui-ci pourrait s’avérer bon.

Entre autres, appelez immédiatement une ambulance et en effectuant la RCR jusqu’à leur arrivée.

Dans le cas où vous n’êtes pas au courant des techniques, il existe le manuel de RCP qui consiste à pousser fort et rapidement la poitrine de la personne en question.

De nos jours, les gens pensent que l’AVC fait aussi partie des maladies cardiaques. Or, c’est vraiment différent puisque l’infarctus du myocarde est la crise cardiaque et l’AVC est une attaque cérébrale.

Le résultat est la même dans les deux cas. Par contre, l’accident vasculaire cérébral est totalement mortel lorsqu’une artère pour la circulation du sang dans le cerveau est bloquée ou éclate. Comme la crise cardiaque, celle-ci peut aussi se présenter sous trois aspects.

Dans un premier temps, on a l’AVC ischémique qui se produit lorsque la circulation sanguine vers…

Dans un premier temps, on a l’AVC ischémique qui se produit lorsque la circulation sanguine vers le cerveau est bloquée par un caillot sanguin ou une plaque. Celle-ci est présente dans plus de 85 % des cas de décès.

Après, on a l’AVC hémorragique qui se manifeste lorsqu’un anévrisme cérébral ou aussi un vaisseau sanguin dans notre cerveau éclate.

Parmi les décès les plus recensés de nos jours, 40 % des morts de l’AVC sont atteintes de cette maladie.

Finalement, nous avons l’accident ischémique transitoire ou AIT. On le nomme aussi miniAVC et s’intensifie lorsque le sang vers le cerveau est temporairement interrompu par un caillot ou une bulle d’air. Elle est très apaisante et peut se dessouder dans les prochaines 24 heures.

Elle peut aussi être un signe d’AVC très proche pour le patient.

Pour reconnaitre facilement une personne atteinte d’AVC, les symptômes sont la faiblesse du bras, les troubles de l’élocution et le visage qui se déforme.

Si les signes se succèdent, le meilleur conseil et d’appeler tout de suite une ambulance dans les plus brefs délais afin de sauver une vie.

Pour résumer les manifestations de l’accident vasculaire cérébral, voici une petite illustration de ce qu’il faut faire que l’on appelle aussi dans l’anglais : « FAST ».

Fermer