Le gendarme qui a pris la place d’un otage dans le supermarché de Trèbes est mort

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

Tous les détails à l’intérieur.

Son nom était Arnaud Beltrame. Le lieutenant-colonel dans la quarantaine s’est volontairement substitué à une femme otage lors de l’attaque terroriste au supermarché Super U de Trèbes, dans l’Aude, en France, vendredi. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé la mort du héros, samedi. Il est décédé de ses blessures. 

 «Jamais la France n’oubliera son héroïsme, sa bravoure, son sacrifice», a écrit le ministre sur Twitter à propos de ce gendarme qui s’était proposé comme otage à la place des personnes retenues par Redouane Lakdim, auteur des attaques dont le bilan s’élève maintenant à quatre morts.

«Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame nous a quittés. Mort pour la patrie», a ajouté le ministre de l’Intérieur. «Le coeur lourd, j’adresse le soutien du pays tout entier à sa famille, ses proches et ses compagnons de la gendarmerie de l’Aude.»

 Il était marié, mais il n’avait pas d’enfants. 

«En donnant sa vie pour mettre un terme à l’équipée meurtrière d’un terroriste djihadiste, il est tombé en héros», a souligné le président de la République Emmanuel Macron.

 «Il me dirait, je fais mon travail maman, c’est tout», a confié sa mère vendredi soir au micro de la radio RTL.
 
 «Ça ne m’étonne pas de lui (…) Il a toujours été comme ça, c’est quelqu’un qui, depuis qu’il est né, fait tout pour la patrie (…). Pour lui, c’est sa raison de vivre, défendre la patrie. C’est Arnaud ça, voilà, défendre les autres», a-t-elle ajouté. 

«Il est parti en héros» mais il «savait certainement qu’il n’avait pratiquement aucune chance» et «il n’a pas hésité une seconde», a souligné de son côté samedi matin son frère Cédric Beltrame, sur RTL.

 Des internautes de France, mais aussi de tous les coins du monde rendent maintenant hommage à l’homme avec le hashtag #TousGendarmes, un mouvement lancé par la Police Nationale.

Radouane Lakdim, l’auteur de l’attaque terroriste était un homme d’origine marocaine de 25 ans qui s’est présenté comme un soldat de Daesch prêt à mourir pour ses «frères de Syrie». Il était connu des services de renseignement, mais rien se laissait présager de sa radicalisation. Il était fiché S «depuis 2014». 

Des proches du terroristes ont été placés en garde à vue, dont un mineur de 17 ans, alors que l’enquête se poursuit.

 Le suspect a d’abord tué le conducteur d’une voiture près de la caserne des CRS pour voler son véhicule. Il a ensuite ouvert le feu sur un groupe de CRS en train de faire du jogging. L’un d’eux a reçu une balle à
l’épaule ou à la poitrine, mais sa vie n’est pas en danger, d’après une source policière. Le tireur s’est enfuit dans un supermarché où il est entré en criant «Allahou Akbar» et en tuant deux personnes. La police a finalement abattu le terroriste dans un assault mené dans le supermarché grâce aux informations récoltées par le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui a pensé laisser son portable ouvert pour aider les autorités.