Ce garçon meurt 8 jours après sa blessure à cause d’un détail que les médecins ont oublié

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

Il arrive tout le temps que les enfants, en voulant jouer et s’amuser prennent des risques et finissent par se blesser. Tout se résume généralement à une égratignure, quelques larmes et parfois un bandage, mais rien de bien grave. Mais pour cette mère, une simple chute de son fils s’est transformée en quelque chose d’impensable.

Ce qui se cache derrière une infection aggravée

La fasciite nécrosante est une infection qui se généralise de manière très rapide, elle atteint les couches sous-cutanées ainsi que les tissus adipeux. Elle est provoquée par une catégorie de bactéries pathogènes connus sous le nom de streptocoques du groupe A, et plus exactement à la bactérie « Streptococcus pyogenes, surnommée également cellulite gangreneuse ou maladie dévoreuse de chair », il s’agit d’un type d’infectionrare.

La bactérie à l’origine de l’infection pénètre dans le corps par les muqueuses ou par agression de la peau. Dans de nombreux cas, elle se manifeste par de la fièvre, des douleurs, une coloration de la peau (une rougeur), un gonflement voire des lésions de la peau. L’infection débute par une légère éruption, une sensibilité à la chaleur et à la pression, tout comme un léger œdème. 

Ce qui semblait être une simple blessure

Après un malheureux accident de vélo, un jeune garçon originaire de l’Oregon a subi une profonde blessure à la cuisse et s’est retrouvé à la salle d’urgence de l’hôpital le plus proche.

Les médecins ont dû découper le pantalon du garçon afin de pouvoir recoudre la plaie. Liam était un petit gars courageux. Dès que Liam a été opéré, lui et sa mère, Sara, pouvaient désormais repartir à la maison.

Liam était un enfant ordinaire âgé de 8 ans qui aimait sa famille, adorait jouer dans la ferme familiale et était proche des animaux. Sara n’a jamais pensé que l’accident se transformerait en tragédie. Mais seulement quelques jours après l’accident, Liam a commencé à se plaindre d’une douleur intense à l’aine.

Quand Scott, le beau-père de Liam, et Sara ont regardé la blessure, elle était rouge violacée et ressemblait à de la gangrène. Ils ont alors, de toute vitesse, mis le petit garçon dans la voiture et sont retournés aux urgences, où les médecins se sont vite rendu compte que sa blessure avait été infectée. L’infection a été

diagnostiquée comme une fasciite nécrosante, communément appelée maladie mangeuse de chair, qui avait probablement pénétré dans la plaie par l’intermédiaire du sol.

La descente aux enfers commence

Les chirurgiens ont essayé d’enlever les parties infectées du corps de Liam avant qu’il ne soit transporté à l’hôpital pour enfants de Doernbecher à Portland. Là, les médecins ont continué à travailler intensément pour essayer de lui sauver la vie. Mais les bactéries ont continué à s’étendre et les médecins ont continué à amputer les parties infectées du corps du jeune garçon.

Malgré toutes les opérations et interventions, la gangrène a continué à se propager. Donc finalement, le petit garçon souffrant a été transféré à l’hôpital pour enfants Randall afin qu’une autre équipe puisse le prendre en charge.

Mais au plus grand malheur de sa famille, le petit Liam est décédé cette nuit-là.

« Il était mon rayon de soleil… Il aimait tout le monde et tout le monde l’aimait. Il était le genre de personne à ne laisser personne indifférent. » a déclaré Sara.

La famille du garçon a été chagrinée et déconcertée quant à la façon dont une blessure pouvait entraîner la mort de leur petit garçon. Maintenant Sara espère que son histoire sera un avertissement aux parents sur la vitesse à laquelle ce type d’infection peut se propager. La communauté locale a d’ailleurs décidé d’amasser des fonds pour aider la famille à couvrir les frais médicaux et funéraires.

Une histoire sans doute triste et profondément douloureuse qui démontre comment une blessure à l’apparence inoffensive pouvait mener à la perte d’un être aussi cher pour cette famille désormais

désemparée. Mais les parents du petit Liam doivent sans doute encore se poser la question suivante : comment une telle infection n’a-t-elle pas pu être détectée et traitée à temps ?