L’existence d’une vie après la mort a été démontrée par une équipe de neurologues !

Le chignon bun pour les nulles avec cet outil de coiffeur magique! Commander ici

Nombreuses sont les religions et croyances prônant avec ferveur et sans relâche l’existence d’une vie après la mort, que cette dernière est loin d’être la fin ultime d’une existence mais une simple transition entre un état dépendant d’une enveloppe éphémère et celle d’une vie où l’âme habitant jadis cette enveloppe retournera là où est vraiment sa place. S’agit-il donc finalement d’un mythe ou d’une réalité ?

Un mystère à élucider

Une question qui taraude l’espèce humaine depuis fort longtemps, raison pour laquelle le milieu scientifique contemporain, partagé entre partisans et détracteurs, n’a cessé depuis plusieurs décennies d’émettre une infinité de théories toutes ayant pour objet la probabilité de l’existence d’une vie après la mort, le fait que la destinée humaine ne s’arrête pas à la décrépitude du corps mais se poursuit dans un univers très différent de celui-ci.  Certaines théories décrivent les visions de personnes ayant connu une mort clinique comme le résultat d’une hallucination due à une activité soutenue du cerveau.

Une tentative de réponse plutôt audacieuse

Le Dr. Berthold Ackermann pense que tout ce remue-méninge n’est pas le fruit du hasard et que la science est sans doute capable de trouver ne serait-ce que quelques éléments de réponse permettant à l’humanité de se rapprocher de la réponse ultime à cette question existentielle. Il a en l’occurrence décidé, accompagné de son équipe composée de médecins et psychologues associés à la Technische Universitätde de Berlin, de mener une expérience pour le moins osée.

L’expérience a été déterminée de façon à ce qu’elle s’étende sur une période d’au moins 4 ans et qu’elle ait comme sujets plus de 900 individus tous issus de différents pays, différents milieux sociaux et ayant des croyances diverses et variées. L’idée étaient qu’ils vivent une sorte de perte de conscience passagère très similaire à la mort clinique qui s’entendrait sur plusieurs minutes, un temps suffisant pour que les scientifiques puissent étudier les faits et avoir une idée plus claire de ce qui pouvait se passer dans le cerveau de chacune des personnes concernées. Le prolongement de la durée de l’opération a été rendue possible grâce à une machine de réanimation cardio-pulmonaire nommée « AutoPulse », un dispositif qui aurait fait ses preuves à maintes reprises en ayant réussi à ranimer des personnes « décédées » pendant une durée pouvant aller jusqu’à une heure.

Un verdict soulevant plus d’une question

Malgré toutes les différences culturelles, idéologiques et spirituelles des individus ayant subi cette expérience, leurs témoignages se ressemblaient de manière frappante et décrivaient tous une sensation de détachement du corps, de lévitation, de sérénité absolue en la présence d’une lumière éclatante semblant provenir d’un autre monde. Ce qui prouve que les références religieuses des différents sujets n’ont eu aucune incidence sur ce qu’ils ont vu ni ce qu’ils ont entendu et que la théorie prétendant que ces visions n’étaient que le résultat du traumatisme lié à la mort ou au manque d’oxygène qu’éprouve le cerveau quelques secondes après l’arrêt du cœur s’en trouve terriblement discréditée.

Dans l’espoir d’une remise en question

Le Dr. Ackermann a fini par affirmer que le résultat de cette étude a clairement donné une réponse claire et nette à certaines questions existentielles qui ont pu être  émises et n’a pas manqué de souligner que ce verdict allait sans doute déstabiliser le mode de pensée et les convictions de plus d’une personne notamment celles niant le concept d’une vie après la mort. Il n’hésite pas à rajouter : « Nous espérons que ces gens seront capables de nous pardonner car oui, il y a une vie après la mort et il paraîtrait que cela n’exclut personne. »

Ce qu’on pourrait en fin de compte retenir de l’aventure exceptionnelle de cette équipe de neurologues allemands, est qu’une remise en question de bon nombre de choses prises pour acquises dans le domaine scientifique, s’impose. Là il n’est visiblement pas uniquement question de prouver si l’au-delà existe ou pas, mais aussi de démontrer que la science contrairement à ce que pense la majorité est capable d’apporter des réponses en ce qui concerne les questions métaphysiques ayant souvent l’air d’être exclusivement d’ordre spirituel et religieux.